Les parrains du projet :

 

" Enfin un orgue espagnol pour compléter le patrimoine organistique d’Île-de-France ! 

Il est vrai que cette esthétique, encore méconnue, commence peu à peu à faire son apparition en France. Cela manquait terriblement en Île-de-France et l'installation de cet instrument unique va permettre à de nombreuses classes d'orgue d'aborder plus facilement le répertoire ibérique qui reste tributaire des instruments originaux. Les passionnés de musique baroque pourront à présent interpréter Correa, Cabanilles, Soler ou encore les auteurs italiens et nordiques avec authenticité et dans toute leur plénitude expressive. 

En tant que professeur d'orgue du CRR de Rueil-Malmaison, je ne peux que vous féliciter de cette formidable initiative."

 

Paul Goussot, organiste titulaire de l'orgue Dom Bedos de l'Abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux, professeur au CRR de Rueil-Mamaison

 

 

 

"Etant de passage le 6 juin dernier à Landete, j’ai vu l’orgue de Buenafuente en cours de travaux.
J’avais vu cet instrument depuis bien longtemps en pièces détachées dans l’atelier puis en janvier dernier le buffet remonté. Je constate que depuis, la restauration progresse rapidement.
Les tuyaux sont dans un très bon état de conservation et la proportion de tuyaux anciens est considérable. Les tuyaux de façade sont en excellent état. Par ailleurs la restauration de la tuyauterie est faite avec grand soin, et Frédéric Desmottes n’a pas ménagé sa peine pour conserver au maximum les parties sensibles des tuyaux, vous verrez un exemple de restauration très poussée sur la bouche d’un tuyau.
Par ailleurs, le tirage de jeu est très avancé, le sommier est restauré ainsi que la mécanique, fidèlement reconstituée.
Cette restauration se présente donc sous les meilleurs augures : rien de surprenant à cela quand on connaît la qualité de travail et le niveau d’exigence qui sont la norme habituelle au sein de cet atelier.
Nul doute que le résultat final sera de premier ordre et que cet orgue historique ne pouvait connaître de meilleur sort à être recueilli à Fresnes, plutôt qu’à pourrir dans l’indifférence au sein du couvent dont il a été extrait."
 

Éric Brottier, Ingénieur des Arts et Métiers, Technicien-Conseil pour le Ministère de la Culture, Expert-Organier de la Ville de Paris

 

 

"Il est toujours enthousiasmant d'assister à la naissance d'un projet de construction d'orgue !

Mais ô combien rares et précieux sont les projets qui permettent de redonner vie à un patrimoine ancien, oublié et abandonné !

Depuis plusieurs décennies, le monde de l'orgue a redécouvert les couleurs sonores si variées des différentes écoles de facture: distinguer l'orgue parisien de l'orgue alsacien, comprendre la logique d'un orgue de Thuringe qui n'est pas celle d'un instrument de Hambourg, et enfin découvrir certains styles plus méconnus, comme l'orgue ibérique.

Plusieurs projets ont vu le jour en France, mais le projet de l'orgue espagnol de Fresnes est à saluer, car hormis la notable exception de l'orgue de Francis Chapelet, aucun instrument ancien espagnol n'a été restauré en France de nos jours.

C'est donc une belle initiative que je salue et soutiens au nom de Toulouse les Orgues, ville de patrimoine mais aussi de création en matière de musique d'orgue."

 

Yves Rechsteiner, claveciniste et organiste, professeur de basse continue et chef du département de musique ancienne au CNSMD de Lyon, directeur artistique du festival Toulouse les orgues.

 

 

"Le projet d'installer en l'église St-Eloi de Fresnes un orgue historique originaire d'Espagne me remplit de joie ! De mes visites d'orgues historiques en Espagne je garde le souvenir d'instruments colorés, vivants, émouvants. Le répertoire espagnol de l'époque baroque sera merveilleusement servi par cet instrument, mais également les compositeurs flamands, italiens, allemands, etc. 

C'est avec enthousiasme que je m'associe à la dynamique qui va accompagner la restauration de cet instrument et son utilisation future."

 

Bernard Foccroulle, directeur du Festival d'Aix-en-Provence, professeur d'orgue au Conservatoire de Bruxelles.

 

 

"La musique d’orgue espagnole suscite depuis longtemps un intérêt très vif dans notre pays, ainsi que la facture des instruments qui la servent. Cependant, aucun instrument en région parisienne n’est en mesure de servir avec toute la fidélité nécessaire ce si beau répertoire. Le projet de Fresnes, porté avec passion et persévérance, est un projet enthousiasmant qui présente aussi un intérêt pédagogique primordial, que ce soit sur un plan local ou de façon plus étendue. Soutenons tous ensemble cette belle initiative qui ne pourra se réaliser sans l’engagement de tous ceux qui savent combien la richesse de ce patrimoine et de cette culture doit être défendue et développée. "

 

Olivier Houette, titulaire du grand orgue historique François-Henri Clicquot de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, professeur au CNSM de Paris.

 

 

"Réjouissons-nous, clarines et chamades aux portes de Paris ! Je suis très excité par ce projet qui permettra d'enluminer un répertoire magnifique souvent défiguré par des instruments qui ne prononcent pas la jota. On ne peut que saluer la passion et le courage de nos amis musiciens."

 

Émile Jobin, facteur de clavecins et de clavicordes, professeur d'accord et de tempéraments au CNSM de Paris.

 

 

"Le projet d'orgue espagnol à Fresnes vient combler une lacune importante de notre patrimoine francilien. Nous pourrons un jour, avec beaucoup de persévérance, jouer des pans essentiels de notre répertoire sur un instrument idéal. Je souhaite de tout cœur la réussite de cette entreprise qui pourrait enfin réconcilier notre nation musicale si riche avec sa sœur latine. Et pourquoi ne pas aussi former des vœux pour un orgue italien ?... "

 

Éric Lebrun, organiste titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll de l'église Saint Antoine des Quinze-Vingts à Paris, professeur d'orgue au CRR de Saint-Maur des Fossés, membre rapporteur de la Commission Nationale des Monuments Historiques.

 

 

" Je viens d'apprendre avec grand plaisir le projet d'un orgue espagnol à Fresnes. Ce vieil instrument ibérique remontant au XVIII° siècle, construit pour un couvent, bientôt restauré par l'un des plus grands spécialistes de cette facture, Frédéric Desmottes, sera un joyau pour cette ville, autour duquel pourront se développer diverses activités pédagogiques et de concerts. Mes origines andalouses m'ont toujours porté vers ce type d'orgue dont je défends ici ardemment la réalisation prochaine"

 

Frédéric Muñoz, Titulaire de l’Orgue Historique de l’Abbaye de Saint Guilhem le Désert (Hérault).

 

 

"La découverte du répertoire d'orgue espagnol des XVIIe et du XVIIIe siècles à l'époque où j'étais étudiant a été un grand bouleversement. Pour enfin pouvoir jouer cette musique sur ces orgues magnifiques qui réunissaient les conditions indispensables pour la jouer (tempérament, octave courte, jeux coupés), nous partions alors entre copains jusqu'en Castille entassés dans des véhicules improbables, avec hébergements de fortune et péripéties croquignolesques. Il y a eu depuis quelques timides essais de copies d'instruments ibériques plus près de chez nous. Mais avoir en région parisienne un véritable instrument castillan historique est une chance folle, et pour nous, et pour les jeunes étudiants qui pourront aller sur place s'enivrer de ces couleurs inimitables pour le prix d'un ticket de métro !"

 

Freddy Eichelberger, organiste et claveciniste.

 

 

« Ce projet qui consiste à installer un orgue historique de grande valeur aux portes de Paris mérite toute l’attention du monde musical baroque : il va ouvrir de nouvelles possibilités d’interprétation et enrichir à la fois le patrimoine et la vie musicale ! Tous mes vœux accompagnent cette belle entreprise. »

 

Benoît Haller, La Chapelle Rhénane

 

 

"L'histoire de l'orgue et du cornet à bouquin en Espagne est l'un des heureux mariages musicaux, de la première Renaissance au baroque tardif, comme en témoignent les innombrables instruments comportant un registre de " corneta ". Aussi, les musiciens et mélomanes férus de musique espagnole ne peuvent que se réjouir de la belle initiative de l' Art de la fugue : à défaut de fuguer vers Burgos, Salamanca, Ubeda ou Granada ... nous connaîtrons l' émerveillement des irremplaçables sonorités hispaniques à nos portes, en s'arrêtant à Fresnes sur notre chemin vers les Pyrénées ...

Magnifiés par un tempérament à tierces pures qui donne à la langue musicale tout son accent, les registres de cet instrument historique (si rare dans nos contrées) lui donneront sa belle diction ibérique, caractéristique des " Tientos y glosas " de la péninsule. Offrez vous un des tuyaux de l'orgue en cours de restauration ... et un billet aller-retour pour l'église St Eloi, qui résonnera bientôt comme il se doit ! "

 

Jean Tubéry & les musiciens de La Fenice

 

 

"La musique, c'est la voix. Il est nécessaire, pour nous musiciens claviéristes qui n'avons pas la chance d'exprimer nos sentiments à l'aide de notre propre voix, de jouer des instruments les mieux adaptés à la musique que nous jouons. Si nous observons cette démarche à l'aide d'instruments de style ancien, c'est qu'elle nous aide à mieux entrer dans la musique, à mieux la comprendre et de fait, la faire entendre au public de manière plus intelligible.

La musique ibérique, comme toute musique dite ancienne était pratiquée entre autres en improvisant. Il me semble que l'improvisation représente bon nombre d'avantages lorsqu'il s'agit d'apprendre la musique. Un tel instrument permettrait aux jeunes musiciens en herbe de se former à l'improvisation. 

Je ne doute pas qu'un tel instrument devienne très connu et très sollicité."

 

Benjamin Alard, claveciniste et organiste, titulaire de l'orgue Aubertin de l'église Saint-Louis-en-l'île à Paris

 

 

"Votre projet est extraordinaire ! J'y suis particulièrement sensible, ayant encore présentes à l'oreille les chatoyantes couleurs sonores des orgues somptueux joués par Francis Chapelet, que j'ai découverts il y a trente ans lors de stages de musique espagnole à Abarca en Tierra de Campos, Vieille Castille.

Vous pouvez compter sur mon entier soutien ; nul doute que je passerai prochainement par Fresnes avec des élèves du conservatoire de Grenoble découvrir, non sans émotion, cet orgue historique espagnol, à qui les frères Desmottes, facteurs d'orgue exigeants et de la plus haute compétence, sauront redonner tout son lustre passé."

 

Denis Bordage, professeur d'orgue au CRR de Grenoble, titulaire des orgues Desmottes et Merklin de l'église de la Rédemption à Lyon

 

 

"Chère Anne-Marie, 

Quel bel appétit et quelle soif de saveurs tu vas générer en te lançant dans l'aventure de la prochaine installation d'un orgue espagnol baroque pour l'église de Fresnes où l'acoustique est si favorable. Je soutiens ce projet qui renaît dans les mains expertes de l'atelier Desmottes et qui sera bientôt dans celles de musiciens passionnés, jouisseurs de beauté et d'authenticité. 

Bravo, ne lâchez rien !"

 

Yves Fossaert, maître artisan - facteur d'orgues

 

 

"Un orgue historique espagnol à Fresnes ?! Quelle idée extraordinaire ! Le fabuleux répertoire ibérique est trop peu connu en France, trop peu joué, tant il est indissociable des instruments qui l'ont suscité. Avoir à côté de chez soi un orgue parfaitement représentatif des instruments éblouissants que nous allions chercher jusqu'à présent à plus de 1000 km semble un rêve totalement inaccessible, mais voici que ce rêve est en marche. Un très grand bravo aux initiateurs de l'Art de la fugue pour cette idée magnifique et surtout pour sa mise en oeuvre !"

 

Aude Heurtematte, organiste titulaire de Saint-Gervais à Paris, professeur d'orgue au CRR de Strasbourg

Christophe Mantoux, organiste titulaire de Saint-Séverin à Paris et professeur d'orgue au CRR de Paris

 

 

 

"Un tel projet ne peut être que soutenu. À une époque où nombre de constructions d'orgues aboutissent à des compromis esthétiques avec des orgues qui, d'un autre côté pour la joie de tous, permettent d'exécuter un répertoire large (avec un son certes de type "ancien" mais moins caractérisé), il est bon que tous, organistes comme instrumentistes, soient confrontés à des éléments issus directement de l'esthétique historique (le son, les diapasons et tempéraments, les possibilités de registration, le toucher du clavier). De ce fait, pourront aussi renaître les solutions musicales logiques, les évidences, mais aussi  les "problèmes" (et les solutions qui vont avec !) qui se sont posés historiquement avec de tels orgues pour la restitution de différents répertoires, notamment quand il a fallu faire de la musique avec les chanteurs, les cornets, chalémies et sacqueboutes. Je me réjouis d'avance des avancées de ce projet."

 

William Dongois, professeur titulaire de la classe de cornet du Centre de Musique Ancienne de Genève et au CNSM de Lyon,

Le Concert Brisé

 

 

"Je ne peux qu’applaudir la venue prochaine d’un orgue espagnol à Fresnes. Il permettra de se familiariser avec le répertoire musical monumental de l’Espagne des 16ème et 17ème siècles. A cette époque, la musique des régions picardes exerçait une grande influence sur la musique espagnole. Pour cette raison, l’installation de cet orgue, par un effet de retour, nous permettra d'approfondir la connaissance de notre propre répertoire en plus de celui de l’Espagne."

 

Jean-Marie Tricoteaux, harmoniste et facteur d’orgues

 

 

"Je me joins volontiers à cet élan en faveur de l'installation d'un orgue originaire de Castille - La Mancha à Fresnes ; Autant par mon goût personnel prononcé pour ce type de culture de l'orgue, avec tout ce qu'elle véhicule de coloré, et à la fois doux et rugueux, dans le timbre, de l'au-delà des Pyrénées... Que parce que cet orgue va rejoindre la petite cohorte d'instruments espagnols qui a vu le jour dans le Nord-Est de la France (presque le voisinage !) : Bourgogne (Desmottes) en Champagne, Marville (Meuse, Marie et Denis Londe), Guentrange-Thionville (Moselle, Alain Faye). Avec tous mes encouragements, et à votre disposition."

 

Norbert Petry, organiste titulaire des orgues de la Cathédrale de Metz, professeur d'orgue au CRR de Metz

 

 

"On peut regretter les circonstances qui n’ont pas permis à cet orgue délicieux de poursuivre un destin paisible dans ses collines de Castilla – La Mancha. On ne peut que se réjouir de la nouvelle vie qui lui est maintenant si intelligemment offerte, aux portes de Paris, choyé par des mains aimantes, appelé à émerveiller les oreilles et toucher le cœur de nouvelles générations. Bravo pour cet extraordinaire projet, et longue deuxième vie à l’orgue espagnol… de Fresnes !"

 

Étienne Baillot, organiste de la Collégiale de Dole

 

 

"Un instrument historique, c'est une invitation au voyage. Le projet de l'orgue de Fresnes, c'est une invitation à un voyage rare, illustré par une musique magnifique, le répertoire ibérique des seizième et dix-septième siècles. Ce répertoire, si transportable soit-il, retrouve sur un instrument tel que celui-ci toute sa force, aussi bien dans l'intimité de ses sonorités les plus douces que dans la fierté ensoleillée de ses jeux d'anches cavaliers. C'est un projet d'un grand intérêt musical et plus largement artistique auquel les organistes ne peuvent que s'associer."

 

Yoann Tardivel, organiste, professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles, producteur sur Musiq3/RTBF

 

 

"L'orgue baroque ibérique, au travers de ses diverses variantes régionales, peut être considéré comme une sorte de perfection en soi. Des moyens très réduits, une dizaine de jeux répartis sur un clavier unique, suffisent pour jouer tout le répertoire laissé par les compositeurs espagnols et portugais, du XVIème au XVIIIème siècle, alors que pour les répertoires français et nord-allemands de la même période, il faut beaucoup plus de jeux, et quatre, voire cinq plans sonores. Quelques orgues ont été récemment construits selon les canons de l'esthétique baroque ibérique, et cette démarche est pleinement justifiée pour rendre accessibles ces sonorités à davantage d'auditeurs, dans des conditions de réelle écoute et non de reproduction par des enregistrements. Mais un véritable orgue historique aura toujours quelque chose de plus que la copie d'ancien même la mieux réalisée, une valeur ajoutée qui échappe à toutes les analyses, une patine qui ne peut être reconstituée. On peut tout copier dans les moindres détails, mais on ne pourra jamais "construire un orgue ancien". C'est pourquoi je ne peux que saluer avec enthousiasme le projet de remonter à Fresnes cet orgue castillan de 1768. Cela permettra de sauver un instrument ancien qui avait perdu son affectation et de faire entendre un orgue baroque espagnol aux portes de Paris."

 

Christian Lutz, technicien-conseil pour les orgues auprès des Monuments historiques

 

 

"J’approuve et soutiens très volontiers l’initiative d’Anne-Marie Blondel, Jean-Luc Ho et Géraud Chirol de doter l’église St Eloi de Fresnes d’un instrument ancien venant de l’Espagne baroque ! J’en veux pour meilleure preuve notre propre action, à Toulouse, pour installer également dans notre ville (déjà richement dotée) un tel instrument, projet toujours à l’ordre du jour. En effet, le répertoire ibérique de la Renaissance au XVIIIème siècle est d’une richesse exceptionnelle, et seul un instrument adéquat et typé peut lui rendre justice et le mettre en valeur ! L’octave courte, la mécanique particulière, les couleurs des cornets, Lleno et autres chamades, sont très particulières et indispensables à la connaissance des jeunes générations pour ce pan entier de la culture organistique européenne. Bravo à cette initiative, et tous mes voeux de succès !"

 

Michel Bouvard, professeur d'orgue au CNSM de Paris, titulaire de l'orgue Aristide Cavaillé-Coll de la basilique Saint-Sernin de Toulouse,

co-titulaire de l'orgue de la Chapelle du château de Versailles, directeur artistique du festival international Toulouse les Orgues.

 

 

"A toute l’équipe qui porte ce beau projet d’orgue espagnol de Fresnes : courage et enthousiasme ! Vous en avez déjà eu beaucoup… et il vous en faudra encore, assurément. Alors que certains privilégiés se referment sur eux-mêmes, rejettent ceux avec qui la vie se montre plus dure, ce projet nous rappelle que si les moyens (humains, financiers…) pour s’occuper d’un bien, pour le restaurer et le faire vivre sont ici, c’est là d’où il vient que se trouve une autre précieuse richesse. Que plus largement, cette aventure puisse servir d’exemple d’enrichissement réciproque, d’intelligence et d’humilité ! Car trop souvent l’orgueil étouffe ces initiatives, empêchant les uns de laisser partir un tout petit peu de leur patrimoine alors qu’ils n’arrivent pas même à l'entretenir, ou les autres de se laisser enrichir, par suffisance et vanité. Longue vie à cet orgue historique espagnol en France, en attendant de se réjouir peut-être un jour d’un orgue historique français en Espagne !"

 

Benjamin Righetti, organiste titulaire de Saint-François à Lausanne et du Kultur-Casino à Berne, professeur d’orgue au Conservatoire et à la Haute École de Musique de Lausanne, ainsi qu’à la Haute École des Arts de Berne.

 

 

"Le répertoire espagnol d'orgue est ample et varié. On ne peut le jouer que sur des instruments espagnols, aux sonorités particulières et très typées. Pour les parisiens, il est pratiquement impossible d'entendre cette musique si riche, parce que nous n'avons pas d'instrument espagnol. L'occasion est donc unique : avoir à notre disposition un orgue espagnol à Paris ! Ce qui est encore plus intéressant, c'est d'avoir un instrument en banlieue parisienne : on ne viendra pas de banlieue à Paris pour profiter d'un beau concert, mais les parisiens se déplaceront. On ne peut donc que soutenir une telle initiative. Tous les amateurs d'orgue se réjouissent de cette idée magnifique."

 

Jean Saint-Arroman, musicologue, professeur au CNSM de Paris.