L'église Saint-Éloi de Fresnes

 

Cette église, la plus ancienne de Fresnes, a été fondée au XIIe siècle. Remaniée à partir de 1538, elle ne conserve plus que le chœur dans son état original. En 1686 la seigneurie de Fresnes et celle de Berny furent rachetées par la puissante abbaye de Saint-Germain des Prés et, en 1737 c’est Louis de Bourbon Condé, prince du sang, comte de Clermont et seigneur de Fresnes, qui devient abbé de Saint-Germain. En 1749, il est le parrain d’une cloche de bronze, qui existe toujours, tandis que la marraine est... sa maîtresse Elisabeth Claire Le Duc, danseuse de l’Opéra, propriétaire d’une maison des environs.

 

L’église abrite encore d’autres éléments datant de l’Ancien Régime : la dalle funéraire de Philippe de Connaye, seigneur de Fresnes, ambassadeur de Henry IV, mort en 1610, une Vierge à l’enfant du XVe siècle et une statut de saint Éloi en bois doré du XVIIIe siècle. Tous ces éléments ont été classés à l’Inventaire entre 1973 et 1976.

 

L’église fut encore remaniée plusieurs fois au XIXe siècle, et notamment dans les années 1891. La majeure part de son mobilier et la totalité de ses vitraux date du XIXe siècle. L’église est aujourd’hui au centre d’un espace urbain rénové ; elle dispose d’un parvis devant les façades nord et ouest. Sa décoration extérieure a été terminée en 2003 par le sculpteur Stéphane Daireau suite à une souscription publique lancée par la Société archéologique de Fresnes.

 

Le volume réduit de cette église, son plan en rectangle peu allongé et son acoustique se prêtent idéalement à accueillir l’orgue historique de Buenafuente del Sistal.

 

Une seconde église a été construite à Fresnes en 1958 : Notre-Dame-de-la-Merci. Elle est devenue l’église la plus fréquentée, de sorte que Saint-Éloi n’est utilisée que pour les offices de semaine, les enterrements et quelques mariages.